Sauvez la Planète!

Etablir les bases d'une meilleure gestion des ressources de notre environnement.
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Dépôt D'articles!

Aller en bas 
AuteurMessage
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Dépôt D'articles!   Lun 5 Fév - 0:56

Ici, on déposera tous les articles qu'on estime potentiellement intéressants, mais sur lesquel on n'a pas forcément la motivation de déveloper ou commenter de manière conséquente.

Départ!

+ + + + + +

(Bluewin.ch: Page "Actualités")

" 14:24 03.02.2007, dernière mise à jour 16:03
Rapport sur le climat: PS, Verts et radicaux réclament un débat




Emission de CO2 (archives)
[Photo : Keystone]
Le rapport de l'ONU sur le climat et les propos du ministre de l'environnement Moritz Leuenberger secouent la classe politique suisse. Si les radicaux et les Verts demandent un débat urgent, le PS réclame en outre une session extraordinaire.

[ats] - Le groupe socialiste aux Chambres s'est penché sur la thématique lors d'une réunion à huis clos. Il est arrivé à la conclusion que les changements climatiques menaçaient la société moderne et que la Suisse en tant que pays alpin était particulièrement concernée.
Le PS réclame la mise sur pied d'une session extraordinaire pour traiter du sujet. Il a par ailleurs adopté un programme en 10 points dans lequel il exige notamment que dès 2015, tous les bâtiments respectent les standards "Minergie". Les nouvelles constructions doivent, elles, immédiatement intégrer les normes du label garantissant une consommation moindre d'énergie.
Les socialistes proposent aussi que les chauffages au pétrole et au gaz soient remplacés d'ici 2017 par des chauffages soit hybrides, soit basés sur des énergies renouvelables. Et d'également préconiser un programme pour assainir les systèmes de chauffage électrique. La Confédération aurait la responsabilité de vérifier que ces mesures soient mises en place et réalisées.
La taxe CO2 sur le carburant doit maintenant être augmentée et les nouveaux véhicules limités au niveau de leurs émissions de CO2, argumente le PS. Concernant les importations de courant éolien, les socialistes considèrent qu'il doit être subventionné. Côté trafic aérien, la Suisse devrait discuter avec l'Union européenne des émissions produites.
De leur côté, les Verts et les radicaux réclament un débat urgent sur la politique climatique. Et d'accuser les partis bourgeois d'avoir empêché l'adoption d'une taxe sur le CO2 efficace.
Le groupe radical aux Chambres déclare pour sa part que le thème des énergies propres et sûres doit être débattu dans le cadre de la session de mars.
Le PRD s'oppose toutefois à la proposition de Moritz Leuenberger de développer des centrales à gaz car, selon lui, elles engendrent une quantité énorme de CO2. Les radicaux se prononcent donc en faveur du maintien de l'utilisation de centrales nucléaires "neutres au niveau du CO2"."


Ben dites-donc: les Suisses sont rapides à la réaction pour une fois.

Pourvu que ça se concrétise... à part pour les Centrales Nucléaires, hé oh! Evil or Very Mad

Tchernobyl! Tchernobyl! Tchernobyl! Tchernobyl! Twisted Evil

Mais sinon, je suis impressionné. sunny


Dernière édition par le Lun 5 Fév - 13:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Lun 5 Fév - 13:13

(Page Bluewin.ch: "Insolite": 12:43 04.02.20079

Un catamaran solaire franchit l'Atlantique



Un catamaran suisse, le Sun21, est devenu le premier bateau mû par l'énergie solaire à franchir l'Atlantique, ont annoncé ses propriétaires, le bateau ayant atteint la veille l'île française de la Martinique, dans les Caraïbes. Publicité
Publicité
Le Sun21 le 23 novembre 2006 su le Guadalquivir à Séville [© AFP]
BALE (AFP) - Le Sun21 est entré vendredi à 15H00 locales (19H00 GMT) au port du Marin, 63 jours après avoir quitté le port espagnol de Chipiona, près de Cadiz, a déclaré samedi l'association Transatlantic21, sur son site internet.

Le bateau de 14 mètres de long avait suivi approximativement le parcours de Christophe Colomb, faisant escale aux îles Canaries, avant de couvrir en trente jours les 5.000 kilomètres de la dernière partie de la traversée.

L'un des promoteurs du projet et membre de l'équipage, le médecin bâlois Martin Vosseler, a déclaré que cette croisière avait pour but "d'annoncer clairement l'arrivée de l'âge de l'énergie solaire, alors qu'un groupe de savants rassemblés par l'ONU venait de lancer un cri d'alarme contre le réchauffement planétaire".

L'objectif affiché de l'expédition est de promouvoir la protection du climat par les énergies renouvelables.

Selon les marins du Sun21, les 60 m2 de panneaux solaires leur ont fourni l'énergie nécessaire pour couvrir jusqu'à 198 kilomètres par jour.

"Il n'y a pratiquement pas de vibrations, les panneaux solaires nous offrent une protection du soleil et, contrairement à un bateau à voile, nous avançons bien même quand il n'y a pas de vent", a dit un autre membre d'équipage, Beat von Scarpatetti, sur son blog.

Le Sun21 dont poursuivre son chemin vers New-York où il doit arriver en mai, en visitant plusieurs îles des Caraïbes et Miami, en Floride.

Le catamaran est bourré de capteurs électroniques qui permettront à ses constructeurs d'acquérir de nouvelles connaissances pratiques en matière de navigation solaire en haute mer. Ils devraient aussi profiter au prochain exploit, actuellement en préparation par une équipe suisse : "PlanetSolar", un tour du monde en 120 jours, à bord cette fois d'un trimaran solaire.

Copyright © 2007, Agence France-Presse


Là aussi: je suis pas chauvin, mais "Bravo les Suisses!" cheers

Et vive l'Energie Solaire! sunny
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Mar 6 Fév - 1:44

(Bluewin.ch. Faits divers 06:00 05.02.2007)

La Chine prépare un plan de lutte contre le réchauffement du climat

La Chine prépare actuellement son premier plan de bataille pour faire face aux changements climatiques, a déclaré Zou Ji, un haut conseiller. Les autorités se montrent inquiètes face aux bouleversements déjà en cours.


[ats] - Zou Ji, expert en climatologie à l'université populaire de Chine à Pékin, a déclaré que ce plan national fixerait vraisemblablement des objectifs larges pour les émissions de gaz à effet de serre et pour faire face aux modifications du régime climatique.

Ce plan montre que la Chine partage l'inquiétude générale face au fait que les gaz à effet de serre dégagés par les usines, les centrales électriques et les véhicules font monter la température de l'atmosphère et vont sérieusement altérer le climat mondial, explique M.Zou.

"Tout cela montre que le gouvernement chinois accorde de plus en plus d'attention à ce problème", dit-il. "Lorsqu'il aura été approuvé et communiqué, ce plan deviendra le premier document officiel et général rédigé par la Chine sur les changements climatiques".

La Chine, qui connaît de longue date une croissance annuelle de l'ordre de 8% à 10% l'an, pourrait bien ravir en 2008 à l'Allemagne le titre de troisième économie mondiale, derrière le Japon et les Etats-Unis. Mais elle pourrait bien aussi devenir dès 2009 le premier pays émetteur de gaz à effet de serre au monde, dépassant les Etats-Unis, prévoit l'Agence internationale de l'énergie.

La réaction publique de Pékin au rapport publié vendredi dernier à Paris par le Giec (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) a été discrète mais, en coulisse, les autorités chinoises tiennent compte de la série d'avertissements liés aux bouleversements climatiques, assure M.Zou, qui est depuis l'an 2000 membre des délégations chinoises aux forums internationaux sur le climat.

"Toute la stabilité du régime et, comme Hu va le voir, l'avenir de ce pays, dépend de la poursuite de la croissance économique", estime Alan Dupont, spécialiste des changements climatiques à l'université de Sydney. "Mais les responsables chinois comprennent que la Chine n'ira pas où elle veut si elle ne fait pas face aux changements climatiques".


Si la Chine s'y met aussi, alors!!! Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Mar 6 Fév - 16:14

(Bluewin.ch, Infos Internationales: 11:45 06.02.2007)

Climat: la Chine renvoie la balle dans le camp des pays développés


La Chine, deuxième émetteur de gaz à effet de serre de la planète, a indiqué ne pas avoir les moyens actuellement de modifier sa dépendance aux énergies fossiles polluantes, en particulier au charbon. Elle a renvoyé la balle dans le camp des pays développés. Lors d'une conférence de presse sur le réchauffement climatique, constituant la première réponse officielle chinoise à un rapport de l'ONU publié la semaine dernière, le patron de l'Association météorologique chinoise Qin Dahe a souligné que son pays manquait de moyens, non seulement financiers mais aussi technologiques, pour se convertir vraiment aux énergies propres et renouvelables.

"Remplacer 70% de la consommation énergétique demande énormément d'argent", a-t-il dit. Son recours massif au charbon, qui pourvoit à plus des deux tiers de son électricité, fait de la Chine le deuxième émetteur de gaz à effet de serre au monde, derrière les Etats-Unis.

De son côté, la porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Jiang Yu a renvoyé les pays développés à leurs responsabilités. "Il faut relever que le changement climatique est le résultat des émissions sur le long terme des pays développés", a-t-elle affirmé.

"Les pays développés devraient montrer l'exemple en endossant la responsabilité de la réduction des émissions conformément au protocole de Kyoto", a-t-elle ajouté. La porte-parole a estimé qu'"actuellement, les émissions de la Chine (étaient) assez faibles".

"L'objectif de la Chine est modéré. Nous sommes prêts à assurer notre contribution à la réduction des émissions de gaz", a également affirmé Mme Jiang, soulignant que Pékin a fait de la protection de l'environnement une de ses priorités.

La Chine n'est pas concernée par les restrictions du protocole de Kyoto sur les émissions de dioxyde de carbone - principal gaz à effet de serre - car elle est toujours considérée comme un pays en développement.


Fausse Joie! Ben c'était trop beau... Sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Ven 9 Fév - 18:49

(Bluewin Infos 15:24 09.02.20) Richard Branson offre 25 millions de dollars pour sauver la planète


Richard Branson
[Photo : Keystone]
Le milliardaire britannique Richard Branson a offert un prix de 25 millions de dollars. Il est destiné à récompenser les initiatives significatives pour réduire les émissions de gaz à effet de serre responsables du réchauffement planétaire.
Flanqué de l'ancien vice-président américain Al Gore, un passionné d'environnement, le patron de Virgin Group - qui compte notamment sixcompagnies aériennes - a demandé aux scientifiques de relever le défi. "Est-il possible de trouver quelqu'un dans le monde qui peut trouver une façon de supprimer les quantités mortelles de CO2 de l'atmosphère?", s'est interrogé Sir Richard lors d'une conférence de presse à Londres. Le CO2 est jugé responsable d'environ 55% de l'effet de serre.

"Comment pouvons-nous motiver tous les jeunes esprits créatifs, tous les inventeurs et tous les scientifiques, pour qu'ils s'investissent?", a-t-il demandé, soulignant que "la terre ne pouvait pas attendre 60 ans".

Il a précisé que l'objectif fixé aux chercheurs pour ce prix était de parvenir à réduire les gaz à effet de serre "d'au moins l'équivalent d'un milliard de tonnes de carbone par an, et si possible beaucoup plus". Un jury d'experts se réunira chaque année pour décider si les projets qui lui auront été soumis durant les 12 mois précédents répondent à ces exigences, a-t-il ajouté.

En septembre dernier, Richard Branson s'était engagé à dépenser trois milliards de dollars lors des dix années à venir pour contribuer à la lutte contre le réchauffement de la planète, lors d'un sommet organisé par Bill Clinton à New York sur les grands défis mondiaux.

Branson a récemment été classé par le magazine Forbes comme la 245e personne la plus riche du monde, avec une fortune de 2,8 milliards de dollars. Il a bâti sa fortune dans l'industrie du disque, puis lancé sa première compagnie aérienne, Virgin Atlantic, suivie de plusieurs autres. Virgin Group regroupe aussi des opérateurs de téléphonie, des sociétés de distribution, et une société ferroviaire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Dim 11 Fév - 18:34

Deux "articles" (manifestes politiques) trouvés sur le site http://www.alternative-liberale.fr/ qui m'ont d'abord attiré parce que j'ai cru à un gag de Didier Bourdon (voir photo ci-dessous). Je trouve certaines propositions inquiétantes...
Ils parlent quelque part d'injecter du gaz carbonique dans des poches souterraines: ça ressemble beaucoup à la poussière qu'on balaie sous le tapis en espérant que ça règle tous les problèmes...

Voici le premier:



Pourquoi je ne signerai pas le pacte de Nicolas Hulot

--------------------------------------------------------------------------------

Edouard Fillias, 17 janvier 2007
Face au réchauffement climatique qui menace notre planète, devant la raréfaction des ressources naturelles, la disparition des derniers espaces vierges et les menaces sur la biodiversité, l’espèce humaine doit réagir pour infléchir une trajectoire hasardeuse. C’est notre seule chance de léguer aux générations futures une planète vivable.

En tant que candidat libéral à l’élection présidentielle, j’ai été sollicité par Nicolas Hulot pour signer le Pacte Ecologique. La démarche de cet homme engagé au sein de la société civile ne peut que séduire le libéral que je suis. Il a réussi à remettre l’écologie au cœur du débat politique, au-delà des traditionnelles querelles de boutiques écolos qui amusent habituellement les gazettes par leurs éternelles dissensions.

Je ne signerai cependant pas le pacte écologique de Nicolas Hulot. J’ai l’intime conviction que, dans leur grande majorité, les mesures proposées n’apporteront aucune amélioration tangible. Pire, certaines d’entre elles auront des conséquences aussi redoutables que les dangers contre lesquelles elles sont supposées nous préserver. Elles procèdent d’une logique étrangère à mes valeurs et à ma vision de la personne.

Cette non signature, décidée après une longue réflexion en équipe au sein de notre jeune mouvement, Alternative Libérale, est presque unique dans le paysage des candidats à l’élection présidentielle. Elle nous fait courir le risque d’être mal compris par une opinion qui a pour Hulot les yeux de Chimène. Je prends le risque de ce choix, certes médiatiquement incorrect, mais que je crois conforme à nos convictions. Je crois que l’écologie n’appartient plus à un homme ni à un parti, dès lors, je me sens libre d’affirmer qu’une autre vision de l’écologie est possible.

Je crois en effet que Nicolas Hulot fait insuffisamment confiance au progrès technique pour trouver des solutions aux défis de l’environnement. Il me semble par ailleurs que certaines de ses propositions s’inscrivent dans une logique de rationnement : le retour en arrière de la décroissance, tout comme la correction obligatoire de nos modes de consommation est une utopie vaine, pas une réponse sérieuse aux problèmes écologiques. Enfin, il apparaît que Nicolas Hulot accorde une confiance excessive aux pouvoirs publics en voulant créer un poste de « Vice Premier Ministre ». L’Etat, encore une fois, n’est probablement pas le mieux placé pour mener cette bataille qui nous concerne tous.

La solution n’est pas l’Etat

Quand Nicolas Hulot propose la création d’un poste de vice Premier Ministre en charge du développement durable, je demeure sceptique. Il s’agit d’une disposition facile à mettre en place, mais on peut légitimement s’interroger sur son efficacité. Comment faire pour qu’elle soit autre chose qu’une charge honorifique ? Les différents ministères de l’écologie nous ont clairement montré à quel point il était difficile d’imposer des changements de comportement par le haut. Qui peut se souvenir d’une seule mesure prise par l’un de ces ministères ? Qui connaît, en France, le nom de l’actuelle ministre de l’environnement, la pourtant respectable Nelly Ollin. C’est là une vision très centralisatrice du pouvoir et des solutions écologiques, auquel un libéral ne saurait souscrire.

Le développement durable n’est pas une science

Je suis choqué par la mesure visant à imprégner tous les programmes scolaires de l’esprit du développement durable. L’écologie n’est ni une science exacte, ni une religion. Elle n’a pas de légitimité pour devenir un nouveau catéchisme et personne en la matière ne peut prétendre détenir une vérité révélée sauf à vouloir abuser nos concitoyens. Le développement durable ne saurait être élevé au rang de savoir : il s’agit là d’une intrusion de la politique et du débat public dans les manuels de nos chères têtes blondes. C’est plutôt dans les pays totalitaires que l’on inculque des dogmes à force de répétition. Ce n’est en aucun cas ma conception de la formation d’un individu libre et responsable.

L’impôt n’est pas la solution

La mise en place d’une taxe carbone suscite de ma part une très vive opposition de principe. L’ambition de réduire nos émissions de CO2 est louable. Mais nous découvrons tous les jours que bien d’autres gaz sont responsables de l’effet de serre. La vapeur d’eau concentre bien davantage les rayonnements solaires que le dioxyde de carbone et les sous-produits de l’agriculture participent fortement au réchauffement de la planète. Pourquoi dès lors ne s’attaquer qu’au seul CO2, en prenant une mesure dont les conséquences sont pourtant évidentes ? En augmentant de manière drastique la taxation sur l’essence, on empêchera purement et simplement nos compatriotes de se déplacer. Même si l’heure est grave, personne ne peut se satisfaire d’une mesure qui frappera de plein fouet et en priorité les plus modestes d’entre nous, qui ont besoin de leur véhicule, ne serait-ce que pour aller travailler. Je préfère mettre l’accent sur le développement d’énergies alternatives et innovantes comme les biocarburants, quitte à renoncer à quelques recettes fiscales. L’Etat Français est en effet particulièrement intransigeant sur l’utilisation de biocarburants. Récemment un Maire courageux, Jérôme Cahuzac, a bravé la loi pour faire rouler ses véhicules municipaux au diester. Au profit de qui l’Etat maintient-il ses interdictions d’utiliser tout autre carburant que le pétrole ? Du fisc ? Du lobby pétrolier ? Il serait temps d’arrêter l’hypocrisie et de permettre aux automobilistes de mettre ce qu’ils souhaitent dans leur moteur.

Après la PAC…

L’agriculture, pourtant, nous fournit un terrain d’entente avec Nicolas Hulot. L’abolition de la PAC est une mesure d’utilité publique, tant ce monstre bureaucratique est devenu inadapté au monde moderne. Mais je crois nécessaire d’aller plus loin, en transférant les crédits de la PAC vers la recherche et le développement, notamment en matière d’énergies alternatives, de nouveaux matériaux et revêtements. C’est une urgence devant les carences de l’Europe et de la France dans ces domaines. Par ailleurs, il est plus que temps de cesser cette course à la quantité produite dans le seul espoir d’obtenir des subventions, sans rapport avec les besoins réels des consommateurs. Tout le monde y trouvera son compte, les producteurs, les consommateurs, l’environnement. La sécurité sanitaire y gagnera, ainsi que les pays en voie de développement dont les petits producteurs ne seront plus assommés par le dumping européen.

Nicolas Hulot a largement mobilisé le débat public, avec un savoir faire médiatique consommé. Mais le ton qu’il emploie me trouble. En tant que citoyen, je veux être convaincu par la raison, par une argumentation fondée et vérifiable. Pas par la menace d’un cataclysme qui n’est au demeurant pas scientifiquement fondée : je n’apprécie pas qu’on manipule des peurs à des fins politiques, même bien intentionnées. L’enfer est pavé de bonnes intentions : ce n’est pas en accablant nos concitoyens de messages apocalyptiques que nous trouverons des solutions pertinentes. J’ai la conviction que c’est seulement en faisant appel au progrès et à l’innovation que nous réconcilierons le développement économique, la liberté individuelle et le respect de l’environnement.

Les propositions d'Alternative Libérale sur l'environnement:
http://www.alternative-liberale.fr/pr126-Environnement.html


Dernière édition par le Dim 11 Fév - 18:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Dim 11 Fév - 18:50

... et le deuxième:


Environnement

--------------------------------------------------------------------------------

Pour une responsabilité à 360°
Notre constat
La tentation obscurantiste


La France est le cancre de l’Europe en matière d’environnement et de développement durable. Nous sommes en retard sur la plupart des directives européennes, même celles auxquelles nous avons participé. En effet, l’état multiplie les réglementations et les taxes qui viennent noyer les principes simples et élémentaires de droit. Notre code de l’environnement est devenu un foisonnement inextricable de lois inapplicables ou inappliquées, parfois au nom du chantage à l’emploi. Par ailleurs, au lieu d’impliquer directement l’ensemble des acteurs concernés et de favoriser une recherche prometteuse, nos gouvernants mutualisent les risques et persistent à maintenir notre recherche dans ses rigidités et ses archaïsmes. Cette approche déresponsabilise encore davantage individus et entreprises.

Devant ce triste bilan dont ils sont les auteurs, nos gouvernants tendent à céder à la tentation obscurantiste. En fondant leur discours sur un prétendu « civisme » et sur le concept à la mode de « citoyenneté », les ultra-écolos, alter mondialistes et autres partisans du renoncement au progrès et de la « décroissance durable » sont parvenus à rendre constitutionnel le grand principe de peur que constitue le principe de précaution. En diffusant puis en instrumentalisant l’angoisse collective face à un réchauffement climatique et à des scénarios catastrophe souvent infondés, cette nouvelle forme de populisme a su imposer ses principes à une classe politique qui fuit les discours réalistes. Les propos alarmants sur la pollution urbaine négligent le fait qu’elle est en nette diminution depuis plusieurs décennies (si on exclut le retournement de tendance dû aux mesures parisiennes récentes ; merci aux écolos). Après les filtres à particules qui réduisent considérablement l’émission de produits toxiques dans l’air, tant des véhicules que des usines, l’émergence de techniques d’injection de CO2 dans des poches souterraines offre de belles perspectives. Et n’oublions pas que si l’espérance de vie a tant augmenté dans les pays développés, c’est précisément grâce au progrès engendré par la prise de risque, progrès allant de pair avec une demande accrue en énergie. Bref, sachons entendre les expertises qui viennent contredire ou relativiser la vision apocalyptique que nous entendons trop souvent en France sans réel débat ouvert.

Ce constat ne doit pas nous éloigner des grands défis qui nous attendent. Du réchauffement climatique à la raréfaction des ressources fossiles en passant par la rareté de l’eau potable pour des milliards d’individus, le tout aggravé par le développement de l’Asie, les défis qui nous sont posés sont énormes. La pollution des eaux, qu’il s’agisse des nitrates en Bretagne ou des marées noires, constitue un enjeu important. La préservation de la biodiversité et des paysages, compte tenu de l’urbanisation galopante, constitue un troisième défi. Enfin, nous devons nous préoccuper de l’environnement urbain et des problèmes liés aux transports et aux déchets avec toutes leurs conséquences en matière de pollution de l’air ou de nuisances sonores.




Notre vision
Liberté, responsabilité, propriété


En nous affranchissant de la culpabilisation actuelle et de l’exploitation malsaine de nos peurs, nous préconisons de traiter directement les problèmes constatés plutôt que les symptômes. Pour cela, nous nous appuyons sur trois grands principes fondateurs qui placent le citoyen au cœur du système.

La liberté, pour commencer, constitue la principale condition pour stimuler l’innovation et le progrès. Architecture économe d’énergie, transport et stockage d’énergie, production d’énergies renouvelables ou cultures non polluantes sont autant de pistes que seule la libre expérimentation peut ouvrir. Contrairement aux idées reçues, la lutte contre la pollution ne va pas à l’encontre du développement économique. Bien au contraire, elle est même porteuse d’innovation, de progrès et de création de valeur à condition, encore une fois, de laisser ceux qui sont concernés expérimenter des solutions originales. C’est cela, le VRAI développement durable.

La responsabilité, sans laquelle la Liberté ne saurait s’exercer, nous apparaît tout aussi cruciale. Du simple citoyen à la grande entreprise, l’environnement est l’affaire de tous. Du sac plastique jeté dans la nature ou de la vieille batterie laissée dans un champ aux marées noires, nous sommes confrontés à un fait : l’atteinte au bien d’autrui. Celui qui souille le bien d’autrui doit en porter personnellement la responsabilité. Aujourd’hui, l’implication du pollueur dans la réparation des conséquences de ses actes est rare et peu dissuasive, notamment à cause de l’Etat nounou dont nous devons nous émanciper. Dans une société civile autonome et dynamique, les individus qui la composent auraient bien plus le sentiment d’être acteurs de l’entretien et de la protection de leur environnement que d’être, comme aujourd’hui, de simples « usagers » profiteurs. Mais l’autre raison essentielle de cette irresponsabilité tient à l’absence d’application du droit. La justice doit facturer aux pollueurs le coût de réparation de leurs actes, non pas de manière symbolique mais à la hauteur du préjudice direct et indirect causé. C’est le principe « pollueur – payeur » qui responsabilise tout le monde, du simple citoyen à la grande entreprise.

Enfin le droit de propriété, sans lequel nul n’a intérêt à consacrer des efforts à faire progresser la société, oblige chacun à avoir un comportement responsable. Rien n’est mieux défendu que par son propriétaire individuel. Pour illustrer ce principe, nombreux sont ceux qui se laissent plus facilement aller dans un espace public que chez eux ou dans un espace privé. « On » viendra nettoyer derrière lui, qu’il s’agisse de l’Etat, de la région ou de la mairie. Ce principe de propriété doit absolument être consacré pour parvenir à une implication des propriétaires dans la défense de l’espace qui leur appartient.

Ces trois principes induisent la subsidiarité, chacun prenant ses décisions à son niveau.



Nos propositions
Incitation aux économies d'énergie

• « Droits à polluer », incitation à développer des solutions alternatives

Né le 1er janvier 2006, ce marché nécessite encore des ajustements dans son pilotage suite au constat récent que l’Europe produit déjà 44 millions de tonnes de CO2 de moins qu’exigé par le protocole de Kyoto. Son objectif consiste à inciter les entreprises à privilégier des solutions moins consommatrices de CO2 lorsque le coût de ces émissions dépasse celui des procédés de substitution. Nous préconisons l’extension de cette gestion des émissions au-delà des 25 pays membres qui représentent déjà 12.000 sites industriels.

• Facturer le prix des transports au juste coût.

La route n’est pas facturée à son juste prix. Concernant les camions, nous proposons de remplacer taxe à l’essieu, forfaitaire, par un péage à la distance parcourue. La mesure est possible grâce aux balises GPS aujourd’hui répandues. L’utilisation de cette taxe doit aller exclusivement à l’entretien du réseau routier et à la recherche de solutions techniques permettant la réduction des gaz à effet de serre émis par les véhicules.



Nos propositions
Lutte contre la pollution des eaux

• La garantie d’Etat augmente les risques, l’obligation assurantielle les contient

Tout individu, toute entreprise doit être obligé de s’assurer pour tous les comportements à risque pour l’environnement. Au lieu de mutualiser les risques et d’offrir une « garantie d’Etat » (Loi du 13 juillet 1982), qui entraîne une déresponsabilisation collective, nous souhaitons que chaque acteur privé soit directement responsable de ses actes et de ses biens. Le mécanisme assurantiel garantira que les bonnes précautions ont bien été prises : il est toujours beaucoup moins cher, financièrement et en termes d’image, de prévenir que de réparer, surtout si les peines sont à la hauteur des dommages causés. L’application de ce principe fondamental au transport maritime de pétrole ou de produits toxiques diminuerait considérablement les risques d’accidents.

• D’une agriculture intensive polluante à une agriculture responsable

La PAC favorise la production intensive, hautement polluante pour les sols et les nappes phréatiques. Pour de multiples raisons, notamment pour favoriser le développement de pays en voie de développement mais aussi pour ce type d’effet pervers, nous préconisons l’abrogation rapide de la PAC. L’exemple breton révèle que l’excès d’épandage de lisiers provoque une sur-fertilisation des sols, la pollution des nappes phréatiques et au final, du littoral. En vertu du principe « pollueur = payeur », un meilleur respect de la réglementation et au final le traitement des eaux par des stations d’épuration doit être rapidement pris en charge par l’agriculture responsable de cette pollution dramatique.

Notons que nous devons considérer les plantes génétiquement modifiées au cas par cas. En effet, la plupart des OGM aujourd'hui sur le marché permettent une réduction notoire du nombre d'intrant utilisés, et parfois de leur quantité. Certains produisent leur propre insecticide, tels que le Maïs Bt, et pemettent ainsi d'économiser les passages de tracteur, émetteurs de gaz à effet de serre. Dans tous les cas, la recherche dans le domaine des biotechnologies agricoles doit être encouragée et protégée des actes de vandalisme répétés, sachant que les OGM de seconde génération proposeront des solutions davantage capables de concilier productivisme et respect de l'environnement.




Nos propositions
Sauvegarde de la biodiversité et de nos paysages

• Parcs protégés confiés à des acteurs responsables

Nous souhaitons que la collectivité cède la gestion de parcs naturels protégés à des acteurs privés, qu’il s’agisse d’entreprises, d’associations ou de fondations. L’action de membres impliqués limite fortement le clientélisme d’élus qui peut aboutir à des décisions dramatiques. La communication et l’entretien deviennent un enjeu pour la pérennité de l’association.

• Mise en place de quotas échangeables pour la pêche industrielle

Dans le même esprit que les « droits à polluer », nous recommandons la mise en place, au niveau européen ou plus global, de quotas échangeables entre entreprises de pêche. Appuyons nous pour cela sur les organismes internationaux qui gèrent déjà ces quotas pour les espèces menacées.



Nos propositions

Préservation de l'environnement urbain

• Ouverture rapide des transports en commun à la concurrence

Cette ouverture du marché des transports doit permettre des réponses bien plus adaptées et bien plus rapides aux besoins des individus. Sur le rail, la multiplication des lignes augmentera le volume des péages pour financer l’entretien des voies. Et plutôt que de persécuter les automobilistes en leur rendant la vie impossible, laissons les alternatives collectives se développer librement en fonction des attentes, facturons le coût de la pollution et de la rareté de l’espace aux différents modes de transport afin de permettre un libre arbitrage des citoyens.

• Traitement incitatif des déchets

Plutôt que d’imposer des solutions collectives souvent inadaptées, inefficaces et mal vécues, laissons la place aux expérimentations. Des processus plus souples, fondés sur la participation volontaire, parviennent à de bien meilleurs résultats en favorisant l’implication. Par exemple, pourquoi ne pas laisser peser les déchets par poubelle afin d’en facturer un prix plus affiné, au poids ou par catégorie. Cette méthode ne peut qu’inciter chaque copropriété à surveiller ses propres déchets.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Lun 12 Fév - 14:42

Bluewin Info: 12:30 12.02.2007
La Chine a échoué à réduire la pollution en 2006


La Chine a échoué en 2006 à réduire la pollution. Deux des indicateurs clefs ont augmenté de plus de 1% en dépit des objectifs du gouvernement de les baisser.
[ats] - Les émissions de dioxyde de soufre ont augmenté de 1,8% par rapport à 2005, atteignant 463'000 tonnes. La demande chimique en oxygène, mesurant la pollution de l'eau, a elle augmenté de 1,2% à 173'000 tonnes.

Le gouvernement s'est fixé pour but de réduire de 2% par an les émissions de polluants entre 2006 et 2010, période du XIe plan quinquennal. Il avait déjà reconnu avoir échoué sur la première année.

Un responsable de la SEPA cité par Chine Nouvelle a indiqué garder comme objectif la réduction des polluants. Il a lié l'échec de 2006 à la forte croissance économique (+10,7%).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Jeu 1 Mar - 18:15

13:18 01.03.2007
L'Année polaire internationale a été lancée à Paris


L'Année polaire internationale a été ouverte officiellement à Paris, sur fond de réchauffement climatique. Programme scientifique international sans précédent depuis un demi-siècle, elle va mobiliser 220 projets scientifiques de plus de 60 pays. Publicité
Publicité[ats] - Ces projets concernent la physique, la biologie ou les sociétés des régions polaires. La nouvelle année polaire "se concentrera sur les sciences sociales à propos des sociétés vivant dans les régions polaires et leur adaptation au changement planétaire", a déclaré lors d'une cérémonie au Palais de la Découverte le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Cette quatrième année polaire est placée sous l'égide de l'OMM et du Conseil international pour la science (Icsu). Elle couvrira deux ans, jusqu'en mars 2009. La précédente Année polaire internationale a été menée en 1957-58.

Le directeur adjoint de l'Icsu, a souligné pour sa part que l'année polaire "sera vraiment interdisciplinaire, avec notamment la dimension sociale et scientifique". Elle mobilisera plus de 60 pays, contre 12 seulement lors de la première édition en 1882-83, a-t-il relevé.

Cet exercice scientifique majeur est lancé quelques semaines après la publication d'un rapport du Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat. Selon les conclusions du rapport, les régions polaires "sont extrêmement vulnérables à l'élévation des températures" enregistrées sur la planète.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Jeu 1 Mar - 18:20

03:33 01.03.2007
Les extra-terrestres et le changement climatique


Un ancien ministre canadien de la défense a appelé les gouvernements mondiaux à révéler ce qu'ils savent sur la technologie des extra-terrestres. Cela permettrait selon lui d'enrayer les changements climatiques. Publicité
Publicité[ats] - "Il faut persuader les gouvernements de dire ce qu'ils savent. Certains d'entre nous pensent qu'ils en savent beaucoup, et cela pourrait suffire à sauver notre planète", a déclaré Paul Hellyer, 83 ans, au quotidien "Ottawa Citizen". L'ancien ministre est persuadé que la technologie extra-terrestre permettrait d'éliminer les combustibles fossiles en une génération.

M. Hellyer demande que soit rendue publique la technologie extra-terrestre obtenue selon lui lors de l'écrasement sur terre d'OVNI, comme dans le cas de l'affaire de Roswell en 1947. Cette bourgade du Nouveau-Mexique est célèbre dans la mythologie extra-terrestre comme le lieu présumé de l'écrasement d'un engin spatial non-identifié.

Ancien ministre de la défense dans le gouvernement de Lester Pearson dans les années 1960, M. Hellyer avait surpris ses compatriotes en affirmant en 2005 lors d'une conférence que les "OVNI sont aussi réels que les avions".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Jeu 1 Mar - 18:21

Le mari de la pianiste en avait fait une star, en pillant d'autres artistes


L'époux d'une pianiste britannique célébrée comme un trésor national vient d'avouer l'impensable: il avait utilisé les enregistrements d'autres pianistes pour assurer à sa femme mourante la reconnaissance de la critique.

LONDRES (AFP) - Depuis des semaines, l'histoire de Joyce Hatto, décédée en juin dernier à 77 ans, agitait le petit monde de la musique classique.

Cette ancienne pianiste de concert, qui avait mis fin à sa carrière en 1976 en raison d'un cancer, avait ensuite enregistré en studio, en dépit de la maladie, 104 oeuvres de Chopin, Brahms, Liszt, Beethoven, Schubert, ou encore Rachmaninov, produites par son mari William Barrington-Coupe sous le petit label "Concert Artist".

Dans les deux dernières années de sa vie, les louanges avaient été unanimes. "C'est la plus grande pianiste vivante, dont presque personne n'a entendu parler", avait même affirmé un critique. Ses disques, difficiles à trouver, étaient devenus un "must".

A sa mort, la presse britannique avait salué un "trésor national" (Times), une femme "à l'énergie surhumaine" (The Independent).

Mais son mari, âgé de 76 ans, vient d'avouer dans une lettre, dont le contenu a été dévoilé lundi par le magazine spécialisé Gramophone, que cette reconnaissance tardive tenait autant à ses talents qu'à ceux de sa femme.

Pour lui donner l'illusion d'une grande fin, après une carrière selon lui "injustement sous-estimée", il avait dupliqué les interprétations d'autres pianistes, et les avait fait passer pour celles de sa femme, qui selon lui n'en a jamais rien su.

D'abord, raconte Gramophone, William Barrington-Coupe voulait simplement "couvrir ses grognements de douleur" quand elle jouait.

Il avait alors recherché les pianistes dont le son et le style ressemblaient le plus à ceux de son épouse, et inséré des petits extraits de leurs enregistrements pour couvrir ses bruits.

Au fur et à mesure, il avait emprunté des passages de plus en plus longs, et appris à manipuler les sons.

Le pot-aux-roses a été découvert début février, quand l'ordinateur d'un lecteur de Gramophone a identifié grâce au logiciel iTunes un CD de Liszt par Joyce Hatto comme étant un disque du pianiste hongrois Lászlo Simon, produit par BIS Records.

D'autres vérifications ont suivi, qui ont montré que deux enregistrements Rachmaninov attribués à Joyce Hatto étaient ceux du russo-israélien Yefim Bronfman.

Un expert saisi par Gramophone a également découvert qu'un disque d'Hatto jouant des oeuvres de Leopold Godowsky, un pianiste polonais naturalisé américain, avait été manipulé pour en modifier le son. En rétablissant le son original, il est apparu que la bande était identique à celle du pianiste italien Carlo Grante.

Après avoir dans un premier temps nié l'évidence, le mari a finalement craqué, dans une lettre à Robert von Bahr, responsable de BIS Records.

"Il regrette profondément ce qui s'est passé. Il pense qu'il a agi stupidement, malhonnêtement, et de manière illégale", a rapporté Gramophone.

BIS records n'a pas l'intention de porter plainte, "vu les circonstances".

Et le mari refuse à ce jour d'en dire plus, pour établir notamment ce qui dans les oeuvres de Joyce Hatto est finalement original.

"Je suis fatigué, je ne suis pas très bien. J'ai arrêté l'affaire, détruit les stocks. Je veux juste un peu de paix", a-t-il expliqué à Gramophone.

Copyright © 2007, Agence France-Presse


Dernière édition par le Ven 2 Mar - 17:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Jeu 1 Mar - 18:22

12.400 euros en billets sur une toile... la tentation était trop forte


Une oeuvre de l'artiste norvégien Jan Christensen, dont la particularité était d'être incrustée de milliers de vrais billets, d'une valeur totale d'environ 12.400 euros, a été dérobée à Oslo ce week-end, a-t-on appris auprès de la galerie où elle était exposée.

Photo non datée de l'oeuvre de l'artiste norvégien Jan Christensen faite avec de vrais billets (environ 12.400 euros), avant son vol à Oslo [© AFP/Scanpix]
OSLO (AFP) - Quelque 100.000 couronnes norvégiennes étaient collées sur l'oeuvre imposante (200 X 400 cm) intitulée "Valeur relative", a expliqué à l'AFP la propriétaire de la galerie MGM à Oslo, Marina Gerner-Mathisen.

Les voleurs se sont introduits dans la galerie en brisant une fenêtre et ont agi avec méthode: ils ont découpé chacun des billets et laissé sur place l'encombrant cadre.

"Les voleurs étaient apparemment plutôt gentils puisqu'ils ont retiré le canevas du cadre", a expliqué Mme Gerner-Mathisen.

Les voleurs ont pris la fuite sans être inquiétés.

"Les agents de sécurité sont arrivés sur les lieux quelques minutes après le déclenchement de l'alarme mais les voleurs avaient déjà disparu", a ajouté la même source. Une enquête de police est en cours.

Copyright © 2007, Agence France-Presse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
EarthMan
Admin
avatar

Nombre de messages : 207
Age : 59
Date d'inscription : 13/01/2007

MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   Lun 5 Mar - 15:16

Bluewin. International.

11:30 05.03.2007
Berlin veut réduire les émissions de CO2 d'au moins 60% d'ici 2050


La présidence allemande de l'UE demandera lors du conseil européen une réduction des émissions de CO2 dans les pays industrialisés d'au moins 60% d'ici 2050, selon le quotidien Handelsblatt. Le texte prévoit aussi une réduction de 30% d'ici 2020 dans l'Union européenne. [ats] - Si le conseil adopte ce texte, l'Allemagne le présentera également lors du G8 d'Heiligendamm (nord-est de l'Allemagne) en juin, ajoute le Handelsblatt. Selon le journal, les sociaux-démocrates allemands et italiens veulent également inscrire la protection de l'environnement dans la Constitution européenne.

En Allemagne, différents projets ont été proposés pour réduire les émissions de CO2, qui vont de l'interdiction des vols aériens à bas-prix à l'introduction de limites de vitesse sur les autoroutes, en passant par la mise en place d'une vignette écologique pour les voitures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sauvez-la-planete.niceboard.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dépôt D'articles!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dépôt D'articles!
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Articles sur les services en ligne personnalisés
» Articles, reportages etc... sur les enjeux actuels
» Pleins d'Articles de bébés, enfants et garderie, pouponbus..
» MARCHÉ AUX PUCES D'ARTICLES POUR ENFANTS
» articles de garderie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauvez la Planète! :: Général :: La Planète dans les Médias :: Internet - Presse Ecrite-
Sauter vers: